.recentcomments a{display:inline !important;padding:0 !important;margin:0 !important;}
Loading...

Health in Vietnam: a cultural characteristic

Posted by BLOG 6 Comments

 

The notion of health in Asian countries, and particularly in Vietnam, is unique and very different to that of western countries.

Cultural factors certainly play an important role here where the notions of solidarity and family unity are very important. But how can a matter as personal as health come under this umbrella and what effect does this have for the day-to-day life of an individual?

Caring for others is a priority

As such, health is not just the responsibility of one person; in general it represents a burden that’s carried by the family. Caring for a patient within a family is a heavy load to take on but it is a duty that cannot be ignored. Each individual has a predefined role according to their place in the family hierarchy and their gender: a female child won’t carry out the same tasks as a male; the eldest wouldn’t have the same responsibilities as the youngest. It’s a sign of respect to assist a relative affected by illness, whether serious or not.

This hierarchy allows everyone to react if a family member is affected, to support them and avoid specialist medical care as much as possible.

 

 

We can see that health is very important in a family and we might therefore think that this sharing of personal problems occurs because of a lack of modesty. In reality, the opposite is true. Vietnamese culture is actually very modest and this prevents people from talking easily to a doctor about their own medical concerns. This is why, traditionally, in Vietnamese culture people tend to avoid resorting to medical care and they prefer to let people within the family group look after anyone who may be ill. There is too much modesty to dare complain in front of an unknown person, even a doctor, or to ask them for help.

 

Get treatment? What an idea!

In any household, the health of others is the most important thing, while your own health is trivial in comparison.

Going to a clinic, hospital or even to the doctor seems to be an option rarely considered by Vietnamese people. When asked ‘Why don’t you just make an appointment?’ the response is ‘I can’t be bothered, I don’t have time, it’s not worth it’. However, without treatment, recovery can take longer and be more difficult but that doesn’t seem to matter.

This attitude can be explained in part by cultural considerations which lie behind Vietnamese logic. In Asian households, the question of whether they should even seek help isn’t considered; whatever happens, happens. As Buddhism is the most common religion in Vietnam, its not a surprise that some of its spiritual outlook also affects the country’s culture. Accepting the challenges of life is less a sign of negligence or giving up, and more a culturo-religious attitude.

In addition, it represents an extra cost for families where looking after oneself is not considered a priority. In Vietnam, residents spend an average of $83 a year on their health compared to $4582 in France (1). This could lead to many problems as leaving some illnesses untreated, even if they seem harmless at first, can aggravate them and they can become more serious. This leads us to ask, is there an innovation that can help us remedy this situation?

 

e-health: a solution?

 

 

 

 

 

 

 

In addition to the above-mentioned cultural issues, the remote nature of some parts of the country means many people are denied access to potential care. In isolated rural areas it is very difficult to obtain treatment from a doctor. According to studies from the site www.statistiques-mondiales.com, there are 1.2 doctors per 1000 residents in Vietnam compared to 3.3 in France (2).

One of the solutions to the problems outlined above is e-health. What is e-health? It’s an emerging application from Information and Communication Technology using technology and electronics to transmit patient medical data or to prescribe treatments from a distance. Telemedicine falls within this sphere and enables health services to be provided to individuals located in partially isolated areas or where distance can hinder treatment. Professionals in this field therefore use ICT for diagnostics, treatments, preventative campaigns or to carry out in-depth follow-ups. This approach means that more people have access to such care.

This could solve those difficulties linked to cultural factors and which get in the way of all physical contact with a doctor. A virtual approach could remove the psychological barrier which has existed for many generations.

With the 31 million internet users resident in Vietnam (out of 91 million inhabitants) (3), this kind of system could develop here as well as in other Asian countries. However, although in Hanoi and Ho Chi Minh City 95% of 15-22 year olds have access to the internet (4) it is still difficult to target an older or rural population as very few of them have access to the internet. So, while the path remains long, the progress growth of ICT should contribute, step by step, to this development.

Sources:

 

(1), (2) www.statistiques-mondiales.com

(3), (4) http://www.techinasia.com/vietnam-internet-report-quick-internet-mobile-ecommerce/

http://fr.vietnamplus.vn/Home/La-BM-sinteresse-au-financement-du-secteur-rural-du-Vietnam/20133/28975.vnplus

 

Orange e-health video:

http://www.dailymotion.com/video/xw3a18_fr-l-e-sante-change-avec-orange_tech#.Uef2K9KbeUI

 

Comments (6)
  • Liem Binh says:

    Un post très intéressant!
    C’est vrai qu’en Asie, on est moins sensible à la verbalisation de son mal être et l’approche purement individuelle est inadaptée.
    Cependant, est ce qu’il ne faut pas séparer le recours à la médecine orientale et la consultation de spécialiste de médecine occidentale? La médecine occidentale a réussi à se constituer comme science, alors qu’on peut aussi considérer le souci de la santé comme un souci sur l’avenir et les imprévus de la vie. Finalement, est ce que les plantes médicinales, le recours à un voyant ou à un sage est une recherche de moyens thérapeutique à des problème?
    Plus qu’un problème culturel et de pudeur, est ce qu’il n’y aurait il pas un problème de confiance (soupçon de corruption) et de moyens économiques?

    La pudeur, la solidarité dans le noyau familial est peut être aussi la réaction à l’insécurité financière dans laquelle on se trouve lorsqu’on est malade et qu’il n’y a pas de sécurité sociale. C’est la conséquence d’une situation de pauvreté et de fragilité, pas seulement un fait culturel donné, immuable.

    A ce moment là, les TIC permettent une baisse du coût, mais ne règlent que la moitié du problème. Elle ne permettent pas d’établir un lien de confiance qui est nécessaire entre le médecin et son patient. Cette relation doit le plus possible être en dehors de tout lien monétaire pour être honnête et éthique.

    1. Thu-An says:

      Je suis d’accord avec toi Liem Binh, mais dans cet article j’ai voulu insisté sur l’aspect culturel car il est observable dans la plupart des familles asiatiques, même chez les générations nées dans des pays occidentaux. Ce problème de confiance et de moyens financiers a sûrement été l’élément déclencheur de cette particuliarité culturelle, mais celle-ci est aujourd’hui présente même pour les familles qui n’ont pas de problèmes ni de confiance, ni économique. Je te l’accorde, ce fait culturel n’est pas donné comme tu dis, ni immuable mais je pense qu’il est fortement ancré pour que des générations ayant grandi dans un milieu occidental puissent encore l’avoir, inconsciemment.
      Quant aux TIC, je pense qu’il y a un changement qui peut être effectué et ressenti si les patients restent chez eux auprès de leurs familles. Sans pour autant avoir totalement confiance, ils seront plus rassurés.

      1. Xavier says:

        J’interviens simplement sur ta remarques “… pour que des générations ayant grandi dans un milieu occidental puissent l’avoir, inconsciemment.”
        N’est-ce pas simplement un besoin identitaire dans le cas de familles ayant été déracinées de leur pays ?

        Je trouve que Liem Binh propose une problématique intéressante. Est-ce que la médecine telle que nous la concevons en France répond aux problématiques vietnamiennes ? Pour un projet de développement, c’est la première question qu’il faut se poser.
        Dire que la eSanté va permettre de résoudre le problème de santé au Vietnam me semble un peu simple. D’autres questions doivent trouver des réponses.

        Quel est la situation actuelle en terme de santé ? A qui va-t-on se substituer (l’état ?) ? Qui veut-on aider ? Quels besoins va-t-on traiter (toutes les maladies ne pourront être traité via un site d’eSanté) ? Quels sont les solutions utilisées par les personnes concernées pour les maladies identifiées ? Pourquoi ces solutions plutôt que d’autres (l’aspect culturel en est un mais il est large, la pudeur n’étant qu’un seul facteur) ? Quelle solution alternative ?
        En gros, c’est un projet de développement qu’il faut mettre en oeuvre pas juste une application.

  • Xavier says:

    Bonjour,
    Je vois plusieurs problèmes à la eSanté au Vietnam.

    D’une part il s’agit d’un pays en voie de développement. Ce qui veut dire, et cela est bien dit dans l’article, que le pays évolue sur un système dyssimétrique. Les villes principales se développant à très grande vitesse et les campagnes ne se développant pas. L’autre problème étant la quasi inexistance des systèmes de communication à l’extérieur des villes (Ho Chi Minh et Hanoi).
    Comme son nom l’indique l’eSanté est basé sur la possibilité d’un individu à pouvoir avoir accès à internet. Cela sera sans doute possible pour une partie de la population en ville mais il n’y a que très peu de chance que cela soit possible dans les campagnes.
    Du coup, il me semble bien compromis de pouvoir affirmer que la eSanté serait le moyen de soigner des personnes éloigné des villes. En tout cas pas sans créer une infrastructure nécessaire.

    Et puis ensuite nous pouvons aussi nous demander si la eSanté est réellement une solution. N’est-ce pas plutôt une béquille à un problème plus profond. Je parle du problème de l’éducation et d’information. Est-ce que cette “pudeur” ne cacherait pas ce problème ?

    Et puis une dernière problématique par rapport à l’aspect sociologique de la famille vietnamienne. Que deviendront les rôles de chacun des individus de la famille autour du malade avec l’apparition de la eSanté ?

    1. Thu-An says:

      Des remarques très pertinentes sur le sujet !

      Effectivement, le problème du manque d’infrastructures dans les campagnes empêche le développement de la eSanté. Mais si on pensait au long terme ? Si ces infrastructures se développent pendant ces prochaines années, la eSanté pourrait être une bonne solution?

      La eSanté peut être perçue comme une réelle solution si elle s’applique en douceur, petit à petit. Les vietnamiens ont peur du changement, donc il ne faut pas les “brusquer”. Mais si cela se fait pas à pas, avec l’aide familiale, l’aide des professionnels, il se peut que cette pudeur, au moins pour le domaine médical, s’estompe peu à peu, si les patients comprennent bien le système.

      La eSanté ne servirait que de béquille si on ne prend pas le temps de la mettre en place comme il faut, parce que si il n’y a pas de totale confiance en ce système, evidemment, le problème ressurgira.

      Ce sujet reste délicat et effectivement basé sur des “et si”, mais il est important de se pencher sérieusement sur la question.

      Enfin, les rôles de chacun des individus autour du malade ne changera pas forcément. Cet aspect familial fait parti de la culture et il en faudra plus pour qu’il s’envole! Seulement, avec la eSanté, le poids sera beaucoup moins lourd à porter.

      1. xavier says:

        En fait je ne voyais pas ces 2 problématiques comme des “problèmes” mais bien comme des questions.

        Donc si je comprend bien, la eSanté devient une solution temporaire permettant éventuellement de dispenser une informations autour des soins. Il s’agit donc d’un substitut à un manque existant au niveau de la santé dans le pays plus qu’un aspect culturel.

        Ma question porte surtout au niveau des classes sociales les moins élevées. Là où finalement la famille tient un rôle prépondérant. Quels types d’infrastructures pourrait être mises en place pour qu’ils puissent accéder à moindre frais à l’eSanté.

Comments are closed