.recentcomments a{display:inline !important;padding:0 !important;margin:0 !important;}
Loading...

Internet : les réseaux sociaux au Vietnam

Le succès mondial du réseau social Facebook, le géant américain, et son charismatique patron Mark Zuckerberg (voir photo), qui ont récemment fait l’objet d’un long-métrage si tant était nécessaire d’asseoir sa notoriété, provoque son lot d’envieux.

Cet engouement autour des services sociaux entraine la naissance d’initiatives régionales et communautaires. Le Vietnam n’échappe pas à la règle.

Photo of Mark Zuckerberg - Facebook CEO

Une bulle sociale ?

L’économie online actuelle fait face à une nouvelle bulle spéculative autour des services sociaux. Facebook, qui tarde à réaliser son introduction boursière, est actuellement valorisé à hauteur de 50 milliards de dollars (vous avez bien lu). Son cadet au sein du web social, mais qui réalise un buzz conséquent, Twitter, serait quant à lui estimé à près de 10 milliards de dollars. Viennent ensuite le géant du jeu social (éditeur de Farmville, Mafia Wars, etc), le dénommé Zynga, serait quant à lui estimé à 7 milliards US. Mais la liste est longue !

Alors où va t-on ? Et surtout comment faire partie du jeu ? Doit-on encore parler d’une bulle, sociale cette fois ? Et, quelle est la situation au Vietnam ?

Tout d’abord, autour de la bulle, les avis divergent. Certains soutiennent le fait qu’une bulle est belle et bien présente, en regard des valorisations excessives actuelles. D’autres à l’inverse soulignent le fait qu’à la différence avec la bulle de 2000, l’un des moteurs de la “bulle”, Facebook, dégage déjà des bénéfices, et que si vous ajoutez à cela la base de connaissance – ultra-qualifiée – associée à 600 millions de membres de part le monde, la situation n’a rien à voir avec celle de 2000 qui spéculait sur des valeurs et des technologies encore trop nouvelles.

Avec sa régie publicitaire interne, FaceAds, Facebook a réussi a rassurer ses investisseurs et à retarder son introduction boursière. FaceAds, le système de gestion publicitaire online, permet un ciblage publicitaire sans pareil.
(note : Officience conçoit et gère des campagnes publicitaires online sur FaceAds)

L’existence de réseaux sociaux régionaux et communautaires

L’accès à Facebook a pour longtemps (et encore actuellement par moment) été bloqué depuis le Vietnam par le gouvernement. Le réseau reste néanmoins consulté très largement car les parades pour y accéder ne manquent pas. Il est par ailleurs disponible en Tieng Viet (langue Viet)…

En parallèle, et aussi profitant probablement de cette censure gouvernementale autour de Facebook, de nombreux acteurs ont développé des « facebook like » à destination des Vietnamiens, et exclusivement en Tieng Viet. Parmi eux, nous pouvons citer le principal acteur, Zing Me (http://me.zing.vn/), qui mélange MySpace sur l’approche contenu & news avec Facebook sur l’aspect social, mais aussi Go Online (http://www.goonline.vn/), initiative du gouvernement Vietnamien, ainsi que plus récemment Banbe (http://www.banbe.net), de FPT.

Sans révolutionner le genre, ces réseaux sociaux qui proposent bien souvent des fonctionnalités très similaires à Facebook s’adressent exclusivement à la communauté Vietnamienne (pas de traduction anglaise proposée…). Une logique et un positionnement qui fait sens lorsque l’on connaît par exemple l’existence de Kiltr.com, le réseau social des mecs en kilt, auprès de la diaspora Ecossaise, ou bien les réseaux sociaux Chinois Renren.com, Kaixin.com, ou encore le Russe Vkotakte.ru.

Le marché des réseaux sociaux au Vietnam en 2011

S’il y a fort à parier que Facebook empochera la mise grâce à son écrasante notoriété et sa main mise sur la toile via sa solution Facebook Connect, toutes ces initiatives concurrentielles pourraient donner naissance à un concurrent local sérieux et durable (à la manière de Yandex en Russie et Baidu en Chine sur le marché de la recherche, qui dominent Google dans leurs pays respectifs).

Le leader actuel au Vietnam, Zing, se voit fortement rattrapé par le géant américain qui attire. Un effet boule de neige que Zing aura surement probablement bien du mal à contenir, même si ce dernier reste leader pour l’heure.

Yahoo, et sa plateforme Y!360, qui avait connu un énorme succès au Vietnam (il fallait bien un pays…), voit sa cote de popularité diminuer fortement et se recentre comme ailleurs sur une approche contenu et media. Néanmoins, cette réussite (certes temporaire) pour Y !360 au Vietnam, alors que le projet était un échec partout ailleurs, pourrait traduire une réelle exception culturelle, et un sens communautaire et identitaire fort.

Alors, « il ne pourra en rester qu’un » ?

Difficile à dire pour l’heure. Un ou deux réseaux sociaux locaux forts, exclusivement vietnamiens devraient parvenir à survivre, en complément de Facebook, synonyme aussi d’ouverture et d’internationalisation et dont la pérennité n’est plus à remettre en question.

En revanche, 2011 sera, avec la démocratisation de l’internet mobile, une année décisive aussi au Vietnam sur le marché des réseaux sociaux et des applications mobiles géolocalisées. Et sur ce point, le géant américain est déjà loin devant…

De votre coté, avez-vous un pronostic, aussi bien local pour les vietnamiens francophones, qu’international, quant à l’avenir des réseaux sociaux régionaux, communautaires ou de niche ?

Sources :

Commentaires (1)

Laissez un commentaire