.recentcomments a{display:inline !important;padding:0 !important;margin:0 !important;}
Loading...

Coup de Pouce dans l’extrême nord du Vietnam

Franz Jourdan, directeur Sales & Marketing à Officience, nous relate son séjour dans la province la plus septentrionale du Vietnam, où vivent des minorités ethniques :

Province de Ha Giang

La Province de Ha Giang

« Tant pour les paysages que pour la découverte des populations, ce voyage à la frontière de la Chine me laisse une impression inoubliable. Située à l’ouest de la province de Cao Bang, la province de Ha Giang au nord du Vietnam présente un décor fabuleux de petites montagnes de calcaire qui font immédiatement penser à la baie d’Ha Long dans une version terrestre (et aux décors du film Avatar qui en sont inspirés).

Agrémentés de forêts, de lacs, de rivières et de terrasses de cultures très variées (surtout riz et maïs), ces paysages n’ont rien à envier aux très célèbres parcs de l’ouest américain comme le Yosemite en Californie. Les populations locales en plus ! Cette province est en effet habitée, au sein de petits villages reculés, souvent perchés dans les montagnes, par des ethnies minoritaires (nombreuses au Vietnam, qui en compte 54 au total).

Paysage - Ha Giang Province, Vietnam

L’Association Coup de Pouce Vietnam

Mais revenons quelques lignes à l’origine de ce voyage… En septembre dernier, mon épouse Stéphanie revient d’une semaine de voyage dans l’extrême nord avec son ami Uy (qui est guide dans tout le Vietnam) à la rencontre des ethnies de la province de Ha Giang. Elle a vu des paysages magnifiques et ramène de superbes photos. Nous décidons d’y retourner pour les vacances du Têt en février, et de parcourir en moto les petites routes qui sillonnent la province, avec nos deux enfants et des amis saïgonnais. Nous en profiterons pour  amener des vêtements dans les villages pauvres les plus reculés, où des familles que Uy a rencontrées vivent dans le plus grand dénuement. Seule interrogation : ne va-t-il pas faire trop froid en plein hiver, jusqu’ à 1600 mètres d’altitude ?

Malgré notre inquiétude, Uy s’occupe de réserver les 6 motos et la mini-camionnette qui transportera les paquets et les bagages, et surtout nous obtient les autorisations indispensables pour nous rendre auprès de ces ethnies politiquement sensibles. Pendant ce temps là, l’association Coup de Pouce Vietnam organise pour nous à Hanoï la collecte des dons de vêtements et de chaussures. Nous quittons enfin la chaleur de Saigon le 30 janvier et débarquons dans la capitale (où le temps est nettement plus froid) en ayant subi quelques menus tracas… La compagnie Jetstar a en effet oublié les valises de la moitié des passagers à Saigon, dont les nôtres, et quand les bagages arrivent finalement le lendemain à Hanoï, certains ont été soulagés de plusieurs objets de valeur, dont une des deux bouteilles de whisky sur lesquelles nous comptions pour nous réchauffer dans la montagne! Nous compenserons plus tard cette disparition par une consommation accrue d’alcool de riz… Nécessité fait loi !

Ayant chargé la douzaine de cartons de dons que Coup de Pouce a préparée pour nous (encore merci !), nous partons enfin pour les 6 heures de route qui relient Hanoï à notre première destination : un resort champêtre au bord de la rivière à l’extérieur de la petite ville de Ha Giang, près de la frontière chinoise, où nous passons notre dernière nuit de confort avant les choses sérieuses.

Montagnes Calcaires - Ha Giang Province, Vietnam

Un trek moto à la rencontre des Ethnies du Nord

S’en suivront 3 journées formidables pendant lesquelles nous parcourrons une boucle de 330 kms au total, à raison de 5 à 6 heures de moto par jour. Nous traversons des vallées et des plateaux (un jour dans une brume très épaisse, l’autre sous une bruine glaciale), nous grimpons à flanc de montage sur des routes étroites au bord de pentes vertigineuses et nous passons des cols avec du verglas sous nos roues. Nous roulons doucement mais le froid humide nous glace tellement que les enfants ne peuvent rester sur les motos qu’une heure le matin et une heure l’après-midi au maximum. Le reste du temps, ils se tassent à l’avant de la camionnette. Nous faisons halte le midi dans les petites bourgades en altitude de Quan Ba et Dong Van, et nous dormons le soir à Yen Minh puis Meo Vac, à chaque fois sans pouvoir nous réchauffer car il n’y a aucune chaleur dans les maisons et toujours beaucoup d’humidité. Malgré l’adversité de ces conditions météo hivernales, nous sommes fascinés par les paysages que nous traversons.

Ethnies sur la route - Ha Giang Province, VietnamDans cette province, nous rencontrons des représentants des minorités Tay, Dao, H’mong et Co Lao. Nous renonçons à monter jusqu’au village des Pu Peo car l’altitude est trop élevée sous cette météo (plus de 1600 m). Sur la route, nous croisons des familles entières qui parcourent dans leurs tenues traditionnelles colorées  des kilomètres à pied (parfois nus !) dans la montagne. Notre programme de distribution de vêtements, de chaussures et d’un peu de nourriture nous amène dans des villages isolés où la vie des habitants est pratiquement médiévale, au milieu des animaux de la ferme ; poules, cochons et buffles.

Portrait Enfant - Ha Giang Province, VietnamIci nous voyons des enfants indigents, parfois les pieds nus dans la boue, dont le visage s’illumine quand Stéphanie leur tend une paire de basket ou un pull qu’elle vient de piocher dans le carton de dons. Par timidité, ils osent à peine les saisir. Nos enfants assistent à ces distributions avec un mélange de joie et de perplexité. Ce sont des moments de très forte émotion, immédiate et irrépressible. Nous sommes invités à l’intérieur des maisons pour boire le thé ou l’alcool de riz, autour d’un petit feu qui brûle au milieu de la pièce, et nous tentons de communiquer avec les habitants.

Villageois - Ha Giang Province, VietnamCe n’est pas facile mais nous sommes l’objet de beaucoup de gentillesse et de curiosité. Nous vivrons ces moments intenses dans plusieurs villages différents.

Le voyage se termine à notre retour à Ha Giang, où nous passons la nuit chez l’habitant (des Tays), avant de redescendre le lendemain sur Hanoï puis Saigon.»

Si vous aussi vous avez déjà réalisé ou prévoyez d’effectuer ce genre de projets, au Vietnam ou ailleurs, n’hésitez pas à nous contacter et à poster un commentaire.

Enfin, pour retrouver l’association Coup de Pouce Vietnam,
rendez-vous sur http://www.coupdepoucevn.org/.

Commentaires (2)
  • This is a very interesting article on the project for L’Association Coup de Pouce Vietnam. The poverty of the tribals is severe. The clothing and shoes are very useful. Most likely their education could be improved also.

    Best of luck with your social projects.
    Kathleen Mistry

  • Duc says:

    Thanks Kathleen.

    Glad to hear from you ! Hope your projects are doing fine too.

    Cheers,
    Duc

Laissez un commentaire