.recentcomments a{display:inline !important;padding:0 !important;margin:0 !important;}
Loading...

2 + 0 = l’entreprise nouvelle génération

Qu’est ce que l’entreprise 2.0? Difficile d’établir une définition de l’entreprise 2.0 mais pour faire (à peu près) simple, il s’agit de la mise en œuvre d’un ensemble de moyens (outils 2.0, saas…) destiné à adapter l’entreprise aux enjeux de l’économie de la connaissance et à favoriser l’innovation et la collaboration.

Pourquoi du collaboratif en entreprise ?

« Si HP savait ce que HP sait, nous serions 3 fois plus profitables”

Lew Platt – Former CEO of HP

Aujourd’hui les outils traditionnels de l’entreprise ne sont plus adaptés à l’usage que l’on en fait et il en résulte une perte de productivité. D’après une étude Accenture sur les « middle managers », les managers passent 2h par jour à rechercher de l’information et seulement 50% de l’information trouvée a une utilité. D’autre part,  les managers  sont confrontés à une surcharge d’information et ne savent plus comment la traiter (cf article 200 emails par jour!). Les modes de travail ont changé et les managers sont désormais en contact avec un très grand nombre de personnes au sein ou en dehors de l’entreprise, il devient alors très difficile de gérer l’information provenant de toutes ces sources.

Il s’agit également de s’adapter à la culture des employés de la nouvelle génération aussi appelée génération Y (née dans les années 80/90) qui ont déjà largement intégré les réseaux sociaux et le Cloud Computing dans leurs usages personnels.

Quels apports pour l’entreprise et les employés ?

Adopter la « collaborative attitude », c’est avant tout des changements concrets comme mieux utiliser les outils bureautiques, diminuer le nombre de fichiers créés et le nombre d’emails envoyés.

Pour atteindre de tels résultats, l’usage des outils ayant fait le succès du web 2.0 prend tout son sens. Les réseaux sociaux permettent de mieux connaître nos interlocuteurs et de renforcer les liens faibles, la messagerie instantanée nous force à cibler nos contacts et les plateformes collaboratives autorisent le partage de l’information et la capitalisation des connaissances dans l’entreprise.

Les entreprises ont donc a priori tout intérêt à s’y mettre si elles veulent à terme améliorer leur efficacité et leur rentabilité tout en projetant dès maintenant l’image d’une entreprise innovante.

Quant aux employés, ils gagnent du temps au quotidien et développent plus facilement un sentiment d’appartenance à l’entreprise.

A la conquête du marché

Face à un marché prometteur, tous les grands noms de l’informatique souhaitent faire de leur plateforme collaborative une référence. Google a fait une tentative en lançant Google Wave en 2009, un outil communicant destiné à rendre caduc les outils actuels mais a retiré le produit du marché en Août 2010 suite à un accueil très mitigé, le marché n’étant certainement pas assez mûr.  C’est Microsoft qui s’impose pour le moment comme l’acteur de référence, avec sa solution Sharepoint, l’entreprise capte 80% du marché laissant les 20% restant à IBM, SAP et les autres.

(note : Officience organise le 21 Mai le second SharePoint Saturday Vietnam)

Les entreprises s’y mettent chacune à leur rythme : alors qu’Atos prévoit d’éradiquer les emails en interne pour les remplacer par des outils collaboratifs, beaucoup d’entreprises se contentent pour le moment d’évolutions partielles. Par exemple, ERDF a mis en place e-Compagnonnage, un intranet basé sur le réseau social d’entreprise Lotus Connections 2.5. L’objectif premier de cet intranet est d’éviter une perte de savoir lié au départ à la retraite de 20% des effectifs dans les 5 prochaines années.

Commentaires (1)
  • Ciboulette says:

    Merci Julie pour ce très bon article !

    Je peux donner l’exemple de Vinci qui vient de s’engager dans le collaboratif de 2 façons différentes :

    – D’abord, ils ont créé une plateforme pour gérer leurs ressources humaines (lien 1). Cet espace collaboratif leur permet de reconnaître les compétences ou talents dont ils peuvent avoir besoin. Les salariés renseignent leur CV interne, leurs projets actuels, les éventuels besoins qu’ils peuvent avoir.

    – Ensuite, ils ont mis en place un réseau social interne (lien 2), à vocation beaucoup plus large, de rassembler les salariés autour de thématiques communes comme un secteur d’activité ou un métier, … Cet outil contient des alertes messagerie, la possibilité de s’abonner à des flux RSS, de participer à des forums ou encore de créer des blogs d’entreprise.

    L’implémentation de ces deux plateformes participatives a été facilitée par la culture de Vinci. En effet, les salariés sont habitués à travailler de cette façon et beaucoup faisaient parti de Club interne à l’entreprise, que les forums vont maintenant remplacer.

    Voici donc un bon exemple d’une entreprise évoluant au rythme de la technologie !

    LIEN 1
    http://collaboratif-info.fr/actualite/vinci-gere-ses-competences-mondiales-avec-activesuite

    LIEN 2
    http://www.indexel.net/applications/vinci-energies-integre-de-l-open-source-collaboratif-a-son-portail.html

Laissez un commentaire