.recentcomments a{display:inline !important;padding:0 !important;margin:0 !important;}
Loading...

2 milliards pour le “French Cloud”…

ou comment un enjeu national se doit de trouver des appuis hors des frontières.

La France investit dans le Cloud

Cette année, les arbitrages budgétaires de l’État français ont joué en faveur du numérique et notamment en celle du Cloud Computing. Une enveloppe de 4,25 milliards d’euros sera consacrée au financement de l’économie numérique française dont 2 milliards d’euros pour le développement des réseaux Très Haut Débit et 2,25 milliards d’euros pour le financement des usages, des services et des contenus numériques innovants. Il s’agit là notamment de financer l’évolution du métier des éditeurs de logiciels vers le mode Software-as-a-Service (SaaS). Cela aura un impact fort pour les PME : grâce au Cloud Computing, celles-ci pourront rapidement se doter de puissants systèmes d’informations qui étaient jusqu’alors  réservés aux grandes entreprises.

Un enjeu national

« Aujourd’hui force est de constater que les Nord-américains dominent ce marché [le marché du Cloud Computing], qui constitue pourtant un enjeu absolument majeur pour la compétitivité de nos économies, pour le développement durable et même, j’ose le dire, pour la souveraineté de nos pays.[…] Il faut absolument que nous soyons capables de développer une alternative française et européenne dans ce domaine qui connaît un développement exponentiel. » François Fillon, 19 janvier 2010.

De la même manière que le Plan Calcul lancé en 1966 par De Gaulle et qui visait à assurer l’indépendance du pays en matière d’informatique (création de l’INRIA, développement des circuits intégrés, effort de formation à l’informatique, etc.), ce « plan Cloud » revêt un enjeu national. A l’heure de l’économie de l’information, la question de la localisation des données et de leur accessibilité a une importance cruciale. Héberger des données numériques dans les « nuages français » constitue donc un choix stratégique et relève de la souveraineté étatique.

Un appui  hors des frontières

Finie la stratégie « made in France » du plan Calcul, il faut désormais s’appuyer sur des partenaires internationaux pour réussir des projets de telle envergure.

La mise en œuvre et la gestion de ces nouveaux systèmes d’information nécessiteront, en effet,  un support humain (déploiement du Cloud, migration des données, maintenance etc.) qui a tout intérêt à être réalisée offshore. Le Vietnam avec une population jeune, ayant grandi avec Internet, possède justement les atouts pour participer au développement d’un secteur aussi porteur. Il existe d’ailleurs un fort engouement pour les métiers de l’IT dans la capitale économique du pays et de nombreux efforts sont faits pour la formation de ces ingénieurs du futur.

Il faudra bien sûr garantir la sécurité du Cloud en analysant soigneusement les questions de propriété intellectuelle de manière à établir une relation de confiance sur le long terme et encourager les partenariats. Néanmoins, on peut dès aujourd’hui prédire un bel avenir aux relations franco-vietnamiennes à travers le Cloud car les deux parties en tireront des bénéfices significatifs. Au Vietnam, le Cloud va créer des emplois et accélérer le développement du pays. En France, il permettra aux entreprises de se décharger des tâches de vérification – mises à jour – enrichissement des données, qui seront dorénavant effectuées à distance via le Cloud. Les employés pourront ainsi se concentrer sur leur cœur de métier et des tâches à haute valeur ajoutée.

Source : http://technologies.lesechos.fr/technologie-accelerateur-de-croissance/le-cloud-un-investissement-strategique-pour-la-france_a-2-375.html