.recentcomments a{display:inline !important;padding:0 !important;margin:0 !important;}
Loading...

Portrait #3 Ea Sola, l’art à la mémoire du Viêtnam

La chorégraphe-danseuse franco-vietnamienne en tournée en France du 29 mars au 10 avril !

Née au Vietnam pendant la guerre, Ea Sola arrive en France en 1978 avec son père, vietnamien, et sa mère, française. Elle s’oriente vers la musique mais aussi vers la danse contemporaine et le théâtre, au sein du groupe Grotowski et auprès du chorégraphe japonais Min Tanaka. Résidente un temps à la Villa Medicis, elle étudie en particulier la musique Tai Tu du Delta du Mekong.

Elle décide en  1990  de retourner au Vietnam avec une idée bien précise en tête : mener de front quête de la musique et des danses traditionnelles et recherche sur les mémoires de guerre. Elle se livre à une véritable exploration de son pays natal sous toutes les coutures, humaines et spirituelles.

L’artiste aux multiples facettes

Son livre de chevet, Discours de la servitude volontaire d’Etienne de La Boétie, est la source d’inspiration des compositions d’Ea et ce qui donne à son œuvre toute sa singularité. Elle intégrera même ce texte dans son spectacle Le Corps blanc, au Hongkong Arts Festival en 2009. Il y est récité en français pendant la danse.

Elle cherche ainsi sa voie hors des sentiers battus et des principes établis. Elle veut aller à l’encontre des « tyrans » contemporains : la publicité, la mode, l’argent, en y opposant un corps non industrialisé. Dans ses chorégraphies, chaque geste est épuré et se veut revêtir une signification, ne pas être un automatisme mais un mouvement réfléchi.

Sécheresse et pluie

Sécheresse et pluie fut sa première composition, en 1995, avec pour originalité la présence sur scène de paysannes vietnamiennes de 50 à 76 ans qui ne savaient danser que la danse de leur village, vieille de plusieurs siècles !  Elles avaient pourtant cessé de danser avec la guerre. Ea met ainsi en valeur une gestuelle millénaire, à la fois très simple mais qui conte l’histoire d’un pays encore en convalescence.

En 2005, elle crée le deuxième volet de Sécheresse et Pluie avec l’Opéra Ballet du Vietnam (Hanoi), au Théâtre de la Ville, cette fois avec de jeunes danseurs professionnels. Elle insiste sur les mémoires de guerre, sur la résistance et ses survivants, avec une mise en scène minimaliste presque cérémonielle, dans un décor noir et blanc.

Vidéo -Sécheresse et pluie

Sources :

http://www.guardian.co.uk/music/2011/aug/25/ea-sola-drought-and-rain-vietnam-war

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ea_Sola

http://blog.vietnam-aujourdhui.info/post/2009/06/09/Ea-Sola-:-le-coprs-blanc

http://www.liberation.fr/theatre/0101573391-ea-sola-donne-corps-a-la-boetie

http://www.lefigaro.fr/musique/2011/01/17/03006-20110117ARTFIG00765-ea-sola.php

Laissez un commentaire