.recentcomments a{display:inline !important;padding:0 !important;margin:0 !important;}
Loading...

Le Cloud pour les PME

Invités au PME corner organisé par la CCIFV, nous avons eu le plaisir de faire une présentation sur le cloud computing, ainsi qu’une petite demo de son utilisation à Officience.

Le sujet, bien que parfois un peu trop technique, avait pour objectif de montrer différentes utilisations du cloud, ainsi que les possibilités qu’il offre. Que ce soit pour une PME, une TPE ou une entreprise du CAC40, le cloud permet de mettre en place rapidement, avec tout niveau de budget, des outils informatiques qui boostent la productivité.

[slideshare id=14427834&doc=2011-05-13-servicesforthecloud-120924054338-phpapp01]

Une définition différente selon les usages

Le cloud, tout le monde en parle, et tout le monde l’utilise, mais souvent sans le savoir. De fait, il est tellement omni-présent aujourd’hui qu’on en oublie comment on en est arrivé là. Cette situation vient du fait que ce sont les particuliers qui ont commencé à l’utiliser, bien avant les entreprises.

Ainsi, pour les utilisateurs finaux, le cloud est un moyen de stocker des informations en ligne: mails, photos, musique, etc. Le cloud assure permanence et ubiquité des données.

En revanche, pour un directeur de système d’information, le cloud est un moyen de réduire les couts d’infrastructure, avec un modèle de paiement à l’usage qui limite l’investissement initial.

Quant aux professionnels du développement logiciel, ils trouvent dans le cloud de nouveaux moyens de développer et de déployer rapidement des applications en ligne.

De fait, le cloud est bien tout cela à la fois, et les offres “cloud” proposent 3 types de services distincts:

  • Infrastructure as a service (Iaas), qui répond aux préoccupations des DSI
  • Platform as a service (Paas), qui sont exploités par les développeurs logiciel
  • Software as a service (Saas), qui s’adressent aux utilisateurs finaux

Après l’offshore, le cloudshore

A la base, le cloud “consiste à déporter sur des serveurs distants des stockages et des traitements informatiques traditionnellement localisés sur des serveurs locaux ou sur le poste de l’utilisateur” (source: wikipedia). Donc, effectivement, comme l’ont très rapidement souligné les participants du PME corner: pas de connexion internet pas de cloud!

Au-délà des stockages et des traitements, ce sont même les droits qui sont “déportés”. En effet, lorsque la musique est dans iTunes, elle ne vous appartient plus de la même manière que lorsque vous l’avez sur CD ou convertie en fichier audio. C’est cette dématérialisation et dés-appropriation qui soulèvent tant de débats légaux quant à la sécurité et la protection des données.

Force est de constater que les utilisateurs font de plus en plus confiance aux fournisseurs de services cloud. Les mails sont sur gmail, car on pense que Google ne perdra pas de données. Les gens achètent des chansons sur iTunes, car ils pensent que Apple a bien acquis les droits. Ainsi, les acteurs du cloud deviennent des tiers de confiance, sur lesquels d’autres entreprises s’appuient pour vendre de nouveaux services. Ils enrichissent alors l’écosystème du cloud et en rendent son utilisation encore plus évidente.

C’est ainsi qu’Officience développe le BPO as a Service: en s’appuyant sur des fournisseurs d’application cloud en qui les utilisateurs finaux ont confiance et qui reconnaissent l’expertise des équipes Officience à en fournir le support nécessaire.

Cloud demo au PME corner du CCIFV

Cloud demo au PME corner du CCIFV

Le cloud en entreprise

Les utilisateurs demandent désormais au sein de l’entreprise la même souplesse que ce que leur permet le cloud en dehors de l’entreprise. Les outils 2.0 sont accessibles partout, collaboratifs, mais également sociaux. Bien valorisés, les “weak ties” sont des leviers de productivité. L’information qu’elle soit formelle ou informelle est mieux diffusée, les échanges plus ciblés et regroupés selon des intérêts réellement partagés. L’environnement est plus propice à gérer des contenus originaux et à lancer des initiatives innovantes.

Enfin, grace au Saas, les barrières d’entrée pour ces nouveaux outils sautent. Les entreprises ne paient plus qu’à l’usage. C’est par exemple ce que propose Salesforce pour déployer les forces de vente. D’autres solutions comme SharePoint capitalisent sur les outils Microsoft tels que Microsoft Excel, que maitrisent déjà l’entreprise.

Du bon usage du Google cloud à Officience

A Officience, nous utilisons la solution PME de Google. Choisie au départ pour une gestion simplifiée des emails, elle offre de nombreux atouts que nous avons intégrés dans les usages de l’entreprise.

Lors de notre présentation au PME corner, Eric Llouquet en a fait une petite démonstration:

  • La spreadsheet partagée est extrêmement puissante pour collaborer: gestion de l’historique, gestion des droits d’accès et possibilité de voir et d’interagir avec ceux qui travaillent sur le document en temps réel
  • Associée à des plugins de graphes et à un google site, elle permet de publier des dashboards projets en temps-réels, pour une transparence accrue
  • Enfin pour diffuser des news au sein de l’entreprise, telle que la participation d’Officience au PME corner, rien de tel qu’une photo postée sur Google+

Laissez un commentaire