.recentcomments a{display:inline !important;padding:0 !important;margin:0 !important;}
Loading...

La maison chance donne un toit à l’espoir

La maison chance est une initiative singulière et pleine d’énergie. Elle oeuvre pour le développement du Vietnam par l’éducation, le partage de savoir et la diversité des compétences. C’est pourquoi nous tenions à vous faire part de ce projet que nous soutenons et dont nous partageons les causes.

Aline Rebeaud a 21 ans lorsqu’elle découvre le Vietnam pour la première fois. Passionnée d’art, la jeune suissesse sillonne alors le pays à la recherche d’inspiration pour ses peintures. Ça n’est pourtant pas un paysage qui retiendra son attention, mais la détresse d’un enfant abandonné, errant sans but ni ressource dans une ruelle de Saigon. Elle tente alors de le sortir de la misère et de l’oubli, et recherche une place en orphelinat. Dans cette quête, elle se heurte de plein fouet à la réalité et multiplie les visites dans des établissement misérables, où les enfants sont laissés sans vêtements, sans soin et sans nourriture. C’est dans l’un de ces taudis délabrés qu’elle rencontre Thanh, un enfant âgé de 12 ans, dont les poumons et le foie sont gravement atteints. Les soignants de l’orphelinat jugeaient ses chances inexistantes et l’avaient déjà condamné. Ne pouvant accepter si sobrement cette fatalité, la jeune étudiante décide de combattre aux côtés de Thanh et veille sur l’enfant durant 3 mois.

Sur son chemin, elle rencontre de nombreux autres enfants délaissés, affamés et condamnés à errer dans les rues du pays. Elle leur offre un toit, de la nourriture et de l’amour, tant qu’elle peut. Mais elle comprend rapidement que ses efforts et sa gentillesse ne suffiraient pour combattre un mal répandu et profond. C’est pourquoi en 1993, elle se lance dans la création de la Maison Chance .
C’est non sans effort que ce projet parvint à voir le jour, à tel point qu’Aline se fait aujourd’hui surnomée “Tim”, ce qui signifie “coeur” en vietnamien. La suissesse a finalement posé ses valises et vit toujours au Vietnam.

Un combat pour la chance


Le Larousse donne trois définitions différentes de la chance: “Possibilité, probabilité que quelque chose -surtout un évènement heureux- se produise”, “sort favorable” ou bien “faveur du sort, issue heureuse de quelque chose, situation favorable de quelqu’un”.
La Maison chance, appelée Nhà May Mắn en vietnamien a su réunir ces trois définitions. En apportant une éducation, des soins médicaux et une formation professionnelle, elle fournit bien plus qu’un simple toit. C’est donc une chance plurielle que cette maison offre aux plus démunis : la chance de se reconstruire.

Une lutte harassante contre le destin

La maison chance ne s’est pas faite en un jour, elle est le fruit d’un combat acharné. Tout a commencé dans une modeste maison de Saigon. “Tim” et ses enfants vivaient ensemble sans lits ni aucun confort domestique. Ils se nourrissaient de riz et de soja et vivaient des peintures de la jeune étudiante. Malgré l’âpreté certaine de son combat, elle n’abandonna pas, et persévéra même en commençant à former ses protégés. Elle leur apprit à lire, écrire et peindre. Si bien qu’en 2006 elle ouvrit un centre dédié à la formation professionnelle: le centre ENVOL qui est toujours en activité. Situé à un kilomètre de la maison, il regroupe des ateliers d’informatique, de couture, de menuiserie sur bambou et de peinture. Deux chambres y sont aussi aménagées pour les bénévoles de passage. En janvier 2011, le troisième centre de Maison Chance voit le jour. Le Village Chance est la première résidence adaptée aux personnes handicapées au Vietnam. Pour la première fois et pour un prix abordable, les fauteuils roulants ont trouvé un lieu adapté, même en cas de forte pluie. Le Village Chance abrite également une piscine destinée aux soins, une école décernant un diplôme primaire national, un restaurant tenu par des bénéficiaires de Maison Chance et une crèche.

Les trois centres sont situés à un kilomètre les uns des autres, ils sont reconnaissables à leur couleur bleu, qui symbolise l’espoir. Aujourd’hui, une trentaine de personnes handicapées ainsi qu’une vingtaine de jeunes valides vivent au Foyer de la Maison Chance. Près de 150 élèves y sont scolarisés et plus de 60 apprentis y suivent une formation professionnelle. Enfin, plus de 25 familles dont l’un des membres est handicapé vivent au Village Chance en toute autonomie dans une maison du quartier de Tân Binh, à Hô Chi Minh-Ville.

Un lieu à part entière


“Quelle différence entre la Maison Chance et un orphelinat lambda?” me direz-vous.
La Maison Chance est bien plus qu’un simple refuge, qu’un point de chute pour les oubliés de la vie. Elle permet aux plus désespérés de reprendre espoir et de recréer un sentiment de communauté, de solidarité. Elle donne aussi une chance aux familles d’handicapés de vivre une vie familiale normale dans un cadre décent et adapté.

L’accès à une formation professionnelle complète.


La maison chance offre aux valides comme aux handicapés une opportunité d’évoluer grâce à des formations professionnelles complètes et variées. Les formations englobent l’informatique le dessin, la peinture, la couture, la menuiserie ou encore la cuisine ou la pâtisserie.
L’informatique est réputé être un bon outil de travail et d’expression pour les personnes handicapées dont la mobilité est particulièrement réduite. L’ouverture à internet permet également d’initier des personnes qui n’en auraient certainement jamais eu l’opportunité.
Les étudiants apprennent les bases de l’informatique, l’utilisation de logiciels de design (Photoshop, Adobe Illustrator) ainsi que la programmation.
Récemment plusieurs diplômés de l’atelier informatique ont trouvé un emploi leur permettant gagner leur vie tout en participant à la vie de la communauté dans le centre ENVOL.

Le haut parleur d’une jeunesse sans voix

Cette initiative est la preuve qu’une personne peut faire bouger les lignes. Par son énergie et sa détermination elle a non seulement aidé un nombre considérable de personnes à sortir de la misère mais a aussi fait passé un message fort à la société vietnamienne.
Co Tim nous montre qu’il est possible d’agir à son échelle pour d’offrir une chance aux plus démunis de vivre une autre vie. En plus d’une chance de s’en sortir, Co Tim offre également un moyen de s’exprimer à ces enfants de la rue, ces handicapés souvent marginalisés et laissés pour compte par la société. Sa contribution a été remarquée par le Président vietnamien Truong Tan Sang, et ce dernier lui a accordé la nationalité vietnamienne, en signe de gratitude. Son nom vietnamien est désormais Hoang Nu Ngoc Tim.

Un reportage vidéo illustre bien les valeurs et le combat mené par la maison Chance et sa fondatrice. Il traduit fidèlement l’intensité de son engagement et de son dévouement. Soutenez les, soutenez la Maison Chance.

Maison chance part 1

Maison chance part 2

@MaisonChanceVN

Commentaires (1)
  • Thao T. says:

    une histoire plein d’émotion, je vous remercies pour des enfants abandonnés vietnamiens

Laissez un commentaire